Paroisse Saint Jean des Campagnes

Actualités

Sans titre 1

Pour visiter le site de notre diocèse cliquez sur le lien ci dessous

www.lehavre.catholique.fr


ATTENTION

Mardi 18 avril pas de messe à Goderville

Jeudi 20 avril pas de messe à Bretteville


La messe du blé Eucharistique des 3 cantons de Criquetot, Goderville et Fécamp
                         Lundi 24 avril  18h30 à Saint Léonard

La messe du Blé Eucharistique à la cathédrale de Rouen
                            Mercredi 31 mai à 15h
Un transport , comme chaque année est organisé au départ de Goderville à 12h30
inscriptions au 06 20 89 13 47 Mr Philippe Bellet

 

 

 

 

vœux 2017

img_0951

A la demande de notre évêque, me voici donc curé de st Jean des Campagnes, tout en restant curé de st Jacques des Valleuses, avec en plus quelques activités sur Fécamp pour aider Pascal Duménil, et avec en plus quelques responsabilités diocésaines. Comme je l’écrivais aux paroissiens dans une lettre diffusée début Septembre, être curé de deux paroisses, c’est difficile. J’ai parfois l’impression de passer mon temps à aller de l’une à l’autre sans être vraiment enraciné quelque part, surtout à saint Jean puisque je n’habite pas sur place. Quand je veux voir la secrétaire de st Jacques, j’ai 7 mètres à faire, son bureau étant à côté du mien. Pour st Jean, c’est 23 km … Le risque est de devenir un prestataire de services, qui vient pour une célébration ou une réunion et repart juste après parce qu’il est attendu de l’autre côté. Être curé de deux paroisses est difficile, être seul prêtre pour deux paroisses l’est encore plus. Je ne me plains pas, je fais un constat dont je voudrais que chacune et chacun aie conscience. Si je ne réponds pas à toutes les demandes, c’est souvent parce que je ne peux pas, mes journées, comme les vôtres, n’ayant que 24 heures. Ce qui veut dire aussi qu’il faut que chacune et chacun réfléchisse au rôle du curé et n’attende pas de lui tout et n’importe quoi. Rassurez-vous, ceci est vrai dans toutes les paroisses !

Je voudrais être davantage disponible, pour saint Jean comme pour saint Jacques. Je fais de mon mieux, mais mon corps me rappelle parfois que je suis à un âge où beaucoup de gens sont déjà retraités. Je ne me plains pas, je fais un constat dont je voudrais que chacune et chacun aie conscience.

Ceci étant dit, en cette période des vœux, je voudrais vous dire ce que je souhaite pour notre paroisse et, pour cela, partager avec vous des convictions que j’ai acquises au cours de ces 5 premiers mois de présence, même intermittente, à st Jean des Campagnes. Certains diront « 5 mois c’est trop peu pour connaître une paroisse », et ce d’autant plus que je ne suis pas Cauchois, mais justement, un regard extérieur n’est pas sans intérêt. J’aime beaucoup, car je la crois souvent très juste, cette réflexion humoristique : « méfiez-vous de la première impression, c’est la bonne » ! Ces convictions, qui seront aussi mes vœux, tiennent en deux mots : communion et ouverture.

COMMUNION : les paroissiens ne sont pas des mêmes villages, n’ont pas le même âge, n’ont pas la même histoire ni humaine ni chrétienne, n’ont pas la même situation de famille, ne sont pas du même milieu social, ni du même bord politique ; ils n’ont pas la même conception de l’Eglise ni le même regard sur la paroisse … On pourrait allonger la liste des différences. Mais je voudrais ce soir insister sur ce que nous ne devrions jamais oublier : ce qui nous unit devrait être plus fort que ce qui nous sépare. Et ce qui nous unit, ce n’est pas la paroisse, c’est le Christ. Rappelons-nous les mots de saint Paul dans l’épître aux Galates : « Frères, en Jésus Christ, vous êtes tous fils de Dieu par la foi. Tous, vous ne faites plus qu’un dans le Christ Jésus ». Traduisons : même si mon voisin ou ma voisine à la messe, à la chorale, au catéchisme, au Conseil Pastoral, que sais-je, m’énerve, nous sommes sœurs et frères en Jésus Christ. Si nous ne gravons pas cela au plus profond de nous-mêmes, notre geste de paix à la messe n’aura aucun sens ou relèvera de l’hypocrisie. L’Eglise est un des rares lieux de la société où des gens très différents peuvent faire route ensemble. C’est une chance, c’est aussi une responsabilité par rapport à ceux qui nous entourent.  N’oublions jamais ces paroles de Jésus : « A ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres ». L’Eglise n’est pas un parti politique avec ses différents courants qui se critiquent en permanence et font semblant de se réunir quand ça les arrange : l’Eglise est le peuple de Dieu riche de sa diversité et appelé à vivre une vraie communion dans cette diversité. Et il ne suffit pas de se faire la bise pour être en vraie communion les uns avec les autres. Après tout, c’est par un baiser que Judas a trahi Jésus !

Nous ne trouverons une vraie cohésion paroissiale, une vraie communion paroissiale que par la volonté de revenir sans cesse à l’essentiel, ce qui suppose d’avoir le souci permanent de nourrir notre vie chrétienne : la prière personnelle et communautaire, la méditation de la Parole de Dieu, les sacrements, la formation, et surtout la volonté de porter sur les autres le même regard que le Christ. Lorsque l’homme riche de l’évangile vient trouver Jésus en faisant preuve d’une prétention et d’une arrogance insupportables, saint Marc raconte qu’au lieu de l’envoyer balader, Jésus posa son regard sur lui et il l’aima …

D’où l’OUVERTURE : n’oublions jamais que le mot « catholique » veut dire « universel ». Les mots de Jésus à ses premiers disciples devraient être une des règles de toute vie paroissiale : à ceux qui lui demandent « où demeures-tu ? », Jésus répond : « venez et vous verrez ». Il ne leur demande pas d’où ils viennent, leurs compétences, leurs diplômes, non : « venez et vous verrez ». La porte doit rester ouverte à tous, sinon ce n’est plus une communauté chrétienne mais un club privé. Une communauté chrétienne ne peut pas être un petit cercle fermé sur lui-même. En matière de pommes, de tomates, de patates ou de carottes, certains cherchent à produire un calibre unique. Il n’existe pas un calibre unique, un modèle standard de paroissien, que ce soit de saint Jean des Campagnes ou d’ailleurs. Je le sais, on dit que la méfiance fait parfois partie de la mentalité cauchoise. Bon. Mais puisque nous parlons de vie chrétienne, n’oublions pas que le mot « foi » a la même racine que le mot « confiance » …

Ouverture, cela veut donc dire aussi « accueil » et à ce sujet, je demande une attention toute particulière à l’accueil le Dimanche matin et lors des grandes fêtes, Noël ou autre. Quelle image de la vie chrétienne donnons-nous lorsque des personnes arrivent à la messe et en repartent sans que personne ne leur adresse la parole ? Poser la question, c’est y répondre.

Voilà. Avec l’Equipe d’Animation Pastorale et le Conseil Pastoral, dont je voudrais rappeler, on ne le redira jamais assez, combien la mission, confiée par l’évêque, est essentielle, je nous souhaite à tous une belle et sainte année paroissiale. Ensemble. Pas les uns contre les autres, pas les uns à côté des autres, mais ensemble autour du Christ. Dimanche, nous entendrons l’évangile des Béatitudes : en 2017, je nous souhaite d’être heureux d’être chrétiens, et d’être chrétiens ensemble !

Ph. Bernard

Vœux st Jean des Campagnes 29 Janv 2017

Célébration de l’unité des Chrétiens

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La semaine de l’unité est une semaine qui invite tous les chrétiens à prier entre eux ,ce que l’on appelle l’œcuménisme :
L ‘œcuménisme moderne tel que l’on le qualifie aujourd’hui en oppositions avec les tentatives d’unité et de dialogue qu’il y eu après le 15ème siècle et avant le 19ème siècle, est né en milieu réformé ,avec la conférence missionnaire d’Edimbourg ,qui fonde en 1910 le conseil missionnaire mondial .

Ce mouvement pour l’unité des Chrétiens prend vraiment sa réalité lors de la fondation du Conseil œcuménique des Eglises à Amsterdam en 1948, qui s’ouvre à la plupart des Eglises orthodoxes en 1961.

Du coté Catholique, l’œcuménisme moderne, prend vraiment sa vitalité sous le pontificat de Jean XXIII et est concrétisé par le Concile Vatican II (1964) avec le décret sur l’œcuménisme « Unitatis Redintegratio » (promouvoir la restauration de l’unité)

Trois acteurs principaux de cette évolution : le Père Portal 1839-1934 ; puis Lord Halifax 1855-1926 et celui qui est plus connu en France, l’Abbé Paul Couturier 1881-1953
Deux références bibliques nous encouragent à ce dialogue :    Jean 10,16 et Jean 17, 20-21

La motivation est de savoir écouter et accepter son frère Chrétien dans sa différence pour construire un jour L’Eglise du Christ unie.

A ne pas confondre avec le Dialogue inter- religieux qui est un dialogue entre les trois grandes religions monothéistes que sont, les Juifs, les Musulman et les Chrétiens.

Dehais Diacre responsable de l’œcuménisme sur l’unité 7

 

Noël sur le parvis

Samedi 17 décembre, le parvis de l’église de Goderville était animé pour se préparer à fêter Noël.
De nombreuses personnes se sont relayées sur le parvis pour accueillir et offrir des gâteaux et des boissons chaudes aux visiteurs. On pouvait également y voir une crèche partiellement vivante.
L’intérieur, quant à lui, était occupé par de nombreux stands ; le secours catholique,les artisans du monde, les décorations des servants d’Autel, les travaux manuels de Mme Paquin et de petites mains anonymes, des livres de la bibliothèque du Diocèse, des objets de Madagascar, sans oublier une exposition de crèches provenant de divers pays du monde.
Il y  eu  le matin une célébration d’éveil à la foi pour les 3, 7 ans , avec une très grande présence d’enfants.

Le concert de la chorale de St Jean des Campagnes a clôturé cette belle journée.

 Merci à tous !

1er dimanche de l’Avent et Messe des familles

Samedi 26 novembre , la messe des familles a été célébrée à Bretteville , de très nombreux paroissiens étaient présents . La cérémonie  a été animée par une douzaine de  jeunes musiciens,  les enfants de 2ème année se sont vus remettre le nouveau testament par Père  Philippe  .
Une bougie  fut allumée pour marquer le début de l’avent et le début de la nouvelle année liturgique.
Seigneur Jésus ,  je désire que tu viennes dans ma vie , je te guette , je t’attends de tout mon coeur , amen !
img_0355img_0316img_0314

CHRIST ROI,clôture du jubilé de la miséricorde et Ste Cécile

Le dimanche 20 novembre fêtait le Christ Roi,  dimanche marquant la fin de l’année liturgique , cette fête nous invitait  à célébrer celui qui a été condamné à mort et est ressuscité au matin de Pâques pour nous sauver . Ce même jour , le pape clôturait le jubilé de la miséricorde , et pour chanter notre grâce à Dieu , avec la chorale , nous avons fêté la sainte Cécile .
img_0287
img_0259

Visite de Père Philippe aux enfants du Kt

photo-0029Mercredi 16 novembre Père Philippe est venu rendre visite aux enfants du Kt .

Il est venu accompagné de sa guitare !

Les enfants ont répété les chants qui seront proposés lors de la messe des familles .

Samedi 26 novembre à Bretteville à 18h30photo-0028

11 Novembre

dscn0904 dscn0905

Cet année le 11 novembre a été commémoré à Manneville la Goupil